04/02/2014

RUN AVEC LES ANGES

J’ai écouté FRED me conter le jour où le club est allé chercher ses couleurs à NEW YORK,
savouré le récit des voyages de P'TIT PAT et son éternel sourire communicatif,
vu  MARCUS mettre toute sa ferveur à organiser de légendaires évènements,
entendu SID et toute sa passion pour les arts et leurs auteurs,
aperçu la force de Gérald et son amour de PARIS.
Je me suis terriblement marrer sur l'humour décapant de DOM,
compris la liberté de l'océan à travers les yeux de YAN,
écouté KARL et sa connaissance infernale de la mécanique,
entendu BIDOUILLE parler des enfants avec toute la tendresse d'un père,
discuté des choses de la vie avec le bon sens de JOZÉ,
puis suivi le  parcours de JP, supporter du PSG, avant de devenir le dernier membre du club.

Ils sont le coeur du Chapitre Parisien.
Et tout le reste ne regarde que la légende.


ARTICLE DANS LE MAGASINE WILD 146-JANVIER 2014


23/01/2014

ZOO POUR LES SIOUX








































Après une soirée passée avec un ami, un Ange, de l'enfer celui là, à  passer le temps à peaufiner l'avenir FreeFreaks, je prends la route entre nuit et bitume. Comme tous les jours, je sens ma peau de dessous le cuir jouer avec le vent et la chaleur du métal. Et là je suis bien, me sens chien errant et je peux à ce moment faire le point.

Toujours un nouveau bilan, entre les passages en roues libres.
Une chance d'être toujours, et tout ce trésor en mouvement d'avoir été.
Récompenses du travail de ne rien avoir lâché, malgré les batailles perdues, malgré les blessures rapportées. Toujours au fond du ventre cette envie de sortir de la tranchée, ne pas trop se reposer ni trop se perdre, et prouver que l'on reviendra et sans se retourner. Puis le retour au bilan présent. La machine du corps tient le coup malgré la rouille de l'âge, l'intelligence toujours en éveille qui tire vers l'acceptation de tout ce que je ne saurai et ne comprendrai jamais.

Freinage. Barrage de flics fluos. Contrôle d'alcoolémie et puis tout le reste.
Ma brelle reste calme, elle ronronne toute fière.
- Police Nationale, vous avez bu?
- Je bois pas.
- C'est bien, on va voir ça.

Quatre reprises pour bien contrôler, merde, il est clean le vieux sioux.
Je me marre, je vois bien qu'il ne comprend pas. Un de ses sergents genre vieux con milicien reluque le sticker "Support 81" qui tatoue le cadre de mon cheval en rouge sang.
Pas clair tout ça ils semblent gamberger.
Et pourtant.
-Qu'ils crèvent! me rappelle le Professeur CHORON.

Alors des questions s'éclatent sans prévenir dedans mon crâne.
-Mais quel Avenir a le Zoo en 2014?
-Fermera-t-on la porte des cages à triple tour ou plus?
-Y aura t-il du foin pour tout le monde?
- Les gardiens et leur Directeur se déguiseront-ils toujours en chien enragés?
- Les plus monstrueux et autres pauvres clowns auront-ils toujours le droit de jouer
sur la piste étoilée des cirques sans porter un gilet jaune?


Je roule droit. Et malgré le doute qui m'envahit toutes les aubes, je ne veux pas partir avant d'avoir fait le possible.
Comblé pourtant, le voyage du passage. Un putain de parcours, un beau clan, de beaux amis, de chouettes réussites, la reconnaissance et toujours ma tignasse et ma bécanne. Un beau trésor sans tapis d'or.
Bien sûr, le prix de tout ça à des effets secondaires.
La légèreté se dissipe, l'étonnement se fait rare et le contrôle de sa part de Hyde devient une philosophie.
Je peux presque tout supporter dorénavant, mais l'arrivée des fêtes de fin d'année me donne parfois des idées noires et me chante les manques et les pertes. Et celui qui cogne le plus fort est sans doute celui du calme d'un après midi perdu au coeur d'une parenthèse.
Demain j'oublierai encore pour ne penser qu'à me battre, et le plus étrange est que ce n'est pratiquement plus pour moi, mais pour ceux qui ont encore besoin que je sois encore devant.

Cette année je serai certainement grand-père, et je suis près.